Il jouait du piano debout

Publié le par Ephedra

Je vois d’ici votre sourire narquois quand vous saurez que je suis capable d’écouter en boucle ce grand standard des années 80 qu’a été, que fut, et qui reste « Il jouait du piano debout ».

C’est qu’au-delà des brushings audacieux de France Gall, et des orchestrations eighties qu’on aime ou qu’on n’aime pas, le texte demeure pour moi un pur bijou de poésie. C’est vrai quoi, on l’imagine carrément ce pianiste debout ! Un original, un marginal, un gars qui a des rêves et une fantaisie propres qui échappent aux dictats de la mode et de la société. La chanson de ceux qui ne rentrent pas dans les cases. Des paroles qui, tout en légèreté, en appellent de manière très belle au droit à la différence: « et pour quelle raison étrange, les gens qui ne sont pas comme nous ça nous dérange ? », hein, je vous le demande ! A écouter sans modération, donc, en alternance avec « Il est libre Max » d’Hervé Christiani. Parce que finalement, et si c’était Max, justement, qui jouait du piano debout ???


Bel été à vous…



  

Ne dites pas que ce garçon était fou
Il ne vivait pas comme les autres c'est tout
Et pour quelles raisons étranges
Les gens qui ne sont pas comme nous
Ça nous dérange
Ne dites pas que ce garçon ne valait rien
Il avait choisi un autre chemin
Et pour quelles raisons étranges
Les gens qui pensent autrement
Ça nous dérange
Ça nous dérange
Il jouait du piano debout
C'est peut-être un détail pour vous
Mais pour moi ça veut dire beaucoup
Ça veut dire qu'il était libre
Heureux d'être là malgré tout
Il jouait du piano debout
Quand les trouillards sont à genoux
Et les soldats au garde-à-vous
Simplement sur ses deux pieds
Il voulait être lui vous comprenez
Il n'y a que pour sa musique qu'il était patriote
Il serait mort au champ d'honneur pour quelques notes
Et pour quelles raisons étranges
Les gens qui tiennent a leur rêves
Ça nous dérange
Lui et son piano ils pleuraient quelquefois
Mais c'est quand les autres n'étaient pas là
Et pour quelles raisons bizarres
Son image a marqué
Ma mémoire, ma mémoire
Il jouait du piano debout
C'est peut-être un détail pour vous
Mais pour moi ça veut dire beaucoup
Ça veut dire qu'il était libre
Heureux d'être là malgré tout
Il jouait du piano debout
Il chantait sur des rythmes fous
Et pour moi ça veut dire beaucoup
Ça veut dire essaie de vivre
Essaie d'être heureux, ça vaut le coup…

(Paroles et musique Michel Berger)

 

 

 

Il met de la magie mine de rien dans tout ce qu'il fait
Il a le sourire facile, même pour les imbéciles
Il s'amuse bien, il ne tombe jamais dans les pièges
Il ne se laisse pas étourdir par les néons des manèges
Il vit sa vie sans s'occuper des grimaces
Que font autour de lui les poissons dans la nasse
Il est libre Max, il est libre Max !
Y'en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler
Il travaille un p'tit peu quand son corps est d'accord
Pour lui faut pas s'en faire, il sait doser son effort
Dans le panier de crabes, il ne joue pas les homards
Il ne cherche pas à tout prix à faire des bulles dans la mare
Il est libre Max, il est libre Max !
Y'en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler
Il regarde autour de lui avec les yeux de l'amour
Avant que t'aies rien pu dire, il t'aime déjà au départ
Il ne fait pas de bruit, il ne joue pas du tambour
Mais la statue de marbre lui sourit dans la cour
Il est libre Max, il est libre Max !
Y'en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler
Et bien sûr toutes les filles lui font les yeux de velours
Lui, pour leur faire plaisir, il raconte des histoires
Il les emmène par-delà les labours
Chevaucher des licornes à la tombée du soir
Il est libre Max, il est libre Max !
Y'en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler
Comme il n'a pas d'argent pour faire le grand voyageur
Il va parler souvent aux habitants de son cœur
Qu'est-ce qu'ils se racontent, c'est ça qu'il faudrait savoir
Pour avoir comme lui autant d'amour dans le regard
Il est libre Max, il est libre Max !
Y'en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler

(Paroles et musique Hervé Christiani)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Arnould 30/07/2013 14:25

Celui qui jouait du piano debout, je pense bien que c'est l'immense Jerry Lee Lewis.

Que Michel Berger ait été un fan de Jerry Lee, ce ne serait pas étonnant, bien au contraire. Quand à ce passage, « et pour quelle raison étrange, les gens qui ne sont pas comme nous ça nous dérange
? », pour moi ce n'est pas le fait de jouer du piano debout, qui n'était rien d'autre que du marketing (apparemment ça agaçait Jerry Lee de ne pas pouvoir présenter un jeu de scène comparable aux
guitaristes, et Carl Perkins lui aurait suggéré de se lever en jouant), mais plutôt son histoire avec sa cousine de 13 ans devenue son épouse un peu trop tôt. Si ces deux là s'étaient préparés à la
question du journaleux anglais qui les envoyé dans le désert (Myra: "je suis sa cousine" et non pas "je suis son épouse"), alors la carrière de Jerry Lee aurait été encore plus grande. Ceci dit,
après une vie bien mouvementée il est parmi les derniers pionniers du rock des années 50 encore vivant et donnant des concerts. Pour son histoire, voir le film "Great Balls of Fire" avec Dennis
Quaid, Winona Ryder et Alec Baldwin.

http://www.youtube.com/watch?v=j4NquCaWIQI

Tout le monde aura compris: je suis un grand fan de Jerry Lee. Et maintenant nous avons presque aussi bien que l'original en France, voir Raffi Arto dans youtube...

Marc Lefrançois 04/04/2010 11:13


Non, je suis comme toi un fan des années 80... J'avais d'ailleurs mis dans mon blog des tubes honteusement qualifiés aujourd'hui de "ringards"... Et pourtant on n'a pas fait mieux...


Delcroix 11/10/2009 14:17


Hello,

He bien, non, ce n'est pas Max qui est chanté par Michel Berger, mais Jerry Lee Lewis... pour info ...
Sympathique blog.


femmes en 1900 18/09/2009 07:36

je viens de decouvrir ton blog,je te propose une petite balade sur les miens :
http://www.femmes-en-1900.over-blog.com
http://www.chapeaux-de-femmes.over-blog.com
A bientot

Mademoiselle Coco 11/09/2009 18:12

Ben alors, où que t'es passée?
J'espère que tu vas bien.
Bises