Torball

Publié le par Ephedra

Récemment, il m’a été donné d’assister à un entraînement de torball.

 

Le torball ou tor-ball est un peu le « foot des aveugles », ou plutôt le hand, puisqu’il se joue avec les mains. Je schématise, évidemment. Pour être plus exacte, le torball est un sport collectif, joué principalement par des aveugles et des malvoyants, mais aussi par des voyants équipés de masques noirs afin de les plonger dans la même obscurité que leurs adversaires ou coéquipiers.

 

Il se joue avec deux équipes de trois, de chaque côté d’un terrain de 16 x 7 mètres, au moyen d’un ballon sonore rempli de grenailles et de grelots. Le terrain est tendu en son centre de 3 ficelles munies de clochettes, disposées à 40cm du sol. Pour marquer un but, il faut envoyer le ballon sous les ficelles sans les faire sonner, jusque derrière les 3 joueurs de l’équipe adverse. Si l’une ou l’autre des ficelles est touchée, c’est une faute (coup franc) : la balle va à l’adversaire et le joueur qui a commis la faute sort du terrain le temps de l’action suivante. Au bout de trois fautes (ficelles touchées ou sorties de terrain), c’est un penalty : la balle va à l’adversaire, et il n’y a plus qu’un seul joueur en défense.

 

Ce sport ne peut se jouer sans le silence le plus strict du public, puisque tout se joue à l’oreille, ce qui détonne avec les ambiances généralement plutôt bruyantes des rencontres sportives. Le torball se joue surtout au ras du sol. La position de base des joueurs est à genoux, et la balle est arrêtée par des plongeons latéraux. Lors de cet entraînement, qui servait aussi d’initiation à un groupe de voyants débutant, il était drôle de voir comment les gens se lançaient parfois du mauvais côté ou localisaient mal le son dans l’espace, par manque d’habitude de solliciter l’ouïe comme sens premier. Visuellement, c’est un sport qui est étonnant à regarder, puisque l’on voit des corps tendus dans des plongeons de côté dans le seul son de ce ballon lesté.

 

A l’issue de cet entraînement, et au vu de ce que j’avais pu observer, je me suis demandée si le masque noir suffisait réellement à mettre les joueurs au même niveau, et je me disais que oui et non. Non, car on ne structure pas pareil son rapport à l’espace quand on est voyant et quand on ne l’est pas. Un voyant avec un masque noir ne sera jamais un non-voyant. Mais en même temps, dans la mesure où justement, les voyants sont moins « habitués » à cet état, du coup, la forme d’handicap dont cela les pare temporairement doit, d’une certaine manière, « rééquilibrer » un peu les choses. Pour info, une équipe se compose de 6 joueurs (3 sur le terrain et 3 remplaçants). Deux voyants maximum sont autorisés dans chaque équipe, dont toujours un seul sur les trois sur le terrain. Un match se joue en deux périodes de 5 minutes.

 

Afin que vous ayez une meilleure idée du geste, je vous mets ci-dessous un extrait issu de Youtube. Malheureusement, il y a de la musique dessus, donc vous n’aurez pas l’atmosphère sonore réelle du sport (le silence de la salle et le bruit du ballon), mais c’était le plus net niveau images.


Commenter cet article

L............uC 01/03/2009 12:27

Peter Pan n'était-il pas aveugle aux charmes de la fée clochette?... Grosse ficelle, mais revanche quand m'aime!
(jeux demain...).

Ephedra 03/03/2009 07:52





Béatrice 28/02/2009 21:05

très intéressant, au moins pour ceux qui portent une attention aux diverses manières de ressentir...dont je fais partie. j'ai bien regardé ta vidéo et bien lu ton article.
Quand je dis bien, c'est que j'y ai accordé un temps particulier... pour te dire l'importance de ce que tu apportes par tes billets...Jamais je n'aurais eu l'idée de partager une telle expérience.. je suis épatée par ce que tu me fais découvrir et je te dis merci...

Ephedra 03/03/2009 07:53


Ce que tu dis me touche toujours Béatrice, merci. C'est encore un magnifique compliment que tu me fais là!