Le mystère des crevettes des mers froides

Publié le par Ephedra

Attention, scoop ! En exclusivité pour vous, le fruit de plusieurs années d’une investigation top-secrète qui a commencé… le jour où j’ai mangé des crevettes en boîte !…

…Mais si, vous savez, ces crevettes que l’on trouve au rayon conserves de poisson, à côté des sardines, des harengs et des boîtes de thon. Si vous ne connaissez pas déjà, vous regarderez au supermarché à l’occasion, et vous verrez de quoi je veux parler. Quelle que soit la marque, elles viennent toujours dans une boîte en forme de coupelle crénelée, un peu comme un petit ramequin couvert. Et quelle que soit la marque aussi, vous verrez toujours écrit dessus « Crevettes des mers froides ». Le poids net égoutté est de 100 grammes, ce qui correspond à une moyenne de 90 - 140 crevettes de type Pandalus Borealis ; des toutes petites crevettes, donc.


Si je sais tout ça, c’est parce que je me suis renseignée… Parce qu’à force de manger de ces crevettes, à une époque où j’en étais grande consommatrice, dans le genre des questions bêtes venues d’on ne sait où que l’on peut se poser parfois, j’ai fini par me demander un jour comment diable on faisait pour les décortiquer.


D’emblée, j’imaginais bien qu’à l’échelle industrielle, au vu de la taille des crevettes et du prix de la boîte (environ 3 euros), le décorticage ne se faisait pas à la main. Je me suis alors posé la question d’une machine. Mais une machine sacrément sophistiquée alors, pour pouvoir non pas se contenter de couper les têtes et les queues (facile !), mais réaliser aussi l’opération mécaniquement beaucoup plus  complexe qui consisterait à ôter l’enveloppe corporelle sans abîmer la chair… Quoi d’autre alors ? Une dissolution chimique de la carapace peut-être ? Oui mais avec quoi ? Où ? Quand ? Comment ? J’imaginais les possibilités les plus bizarres, qui permettraient de dévêtir en masse ces millions de mini-crevettes.


Sans m’empêcher de dormir, cette question a quand même réussi à m’interroger assez pour m’amener à contacter plusieurs marques de conserves de crevettes (je suis folle, je sais !). Leur réponse a été unanime : cela participe du processus de transformation du produit qui tombe sous le coup du secret industriel ! Dingue, non ?!


J’en suis restée bouche bée ! Qui eut cru qu’un tel parfum de mystère planait sur l’univers de la crevette en boîte ?! Pas moi en tout cas ! J’étais à mille lieues de m’attendre à une telle réponse, et du coup ma curiosité a été d’autant plus piquée qu’elle est restée sur sa faim…


En désespoir de cause, j’avais même fini par contacter (la grosse psychopathe, vraiment !) 60 Millions de Consommateurs et E=M6 pour leur proposer le sujet. Même réponse que les conserveries du côté de 60 Millions de Consommateurs ; à M6 par contre, ils avaient trouvé l'idée vachement intéressante, mais je n’ai plus eu de nouvelles, alors je ne sais pas si finalement ils ont laissé tomber, s’ils ont fait le sujet sans que je le sache, ou s’ils se sont cassé les dents sur la même fin de non recevoir que moi.


En tout cas voilà… Comment une simple curiosité de l’ordre du « comment ça marche ? » s’est trouvée confrontée à la loi du silence industrielle…


Commenter cet article

Gorissen 18/04/2015 09:03

http://www.heiploeggroup.be/noordzee-garnalen.fr_FR.html

GUICHARD 02/02/2011 21:06


Je me suis posé les mêmes questions, avec, en plus, comment les accomoder. Telles quelles ? Pas tellement de goût. A la portuguaise avec de l'ail ? A l'espagnole avec de l'ail et du piment ? Chaud
? Froid ?


Aude 11/04/2010 14:54


Ah merci, je me sens moins seule!! C'est une question que je me pose depuis bientôt 10 ans!!!!!
Mais comme toi, pas encore trouvé LA réponse... J'ai rassemblé quelques éléments, sans franchir le pas d'appeler E=M6!
- dans certaines boites, les crevettes ont encore des pattes: donc il ne s'agit pas d'un procédé du type broyage/décantation/compactage (un peu comme ils le font pour le crabe),
- le composant principal de la carapace est de la chitine, mais je n'ai rien trouvé sur un procédé industriel de dissolution de carapace de crevettes...
- je me refuse à penser que c'est fait manuellement par des gens crevant de faim et payés le prix d'une boite de crevette pour une semaine de labeur, mais malheureusement, ca expliquerait assez
bien le mur de silence auquel tu as été confrontée...
Je mets à suivre, ne lâches pas l'enquête!!


sylvie 10/04/2010 13:22


Un lien qui donne qui apporte quelques éclaircissements sur la questio./Users/jean-claudepronier/Desktop/Heiploeg - Crevettes grises :Crangon crangon.webarchive


L............uC 12/01/2009 17:06

Ils demandent aux crevettes de se déshabiller avant de rentrer dans la boîte... Là où elle vont, il n'y a plus besoin de costume.
C'est pour ça qu'ils ne veulent rien dire, parce que les crevettes sont toutes nues.
Mais deux (trois) autres questions me tarabustent:
Comment fait-on le trou dans les longs macaronis? (avec une longue aiguille à tricoter?)...
Et les pralines fourrées à la liqueur... on met, très vite, le chocolat autour de la cerise et du kirsch? (comme pour les poires où on met très vite la bouteille autour?... (hé! hé!)

Ephedra 12/01/2009 23:45


C'est dit: si tu arrives à répondre à mon interrogation sur les crevettes, je relève le défi de tes trois questions!