Le club des célibataires

Publié le par Ephedra

On est tout un paquet de copains trentenaires, apparemment incasables. Le temps passe, on chope des rides, y’en a qui perdent leurs cheveux et/ou qui prennent du bide, mais malgré tout, d’une certaine manière, notre vie ne change pas. On est toujours à fêter Noël avec nos parents qui nous demandent pourquoi on n’a pas de chéri(e), à se faire incendier par la fromagère parce que « plus petit le morceau s’il vous plaît » et, murmuré presque en excuse, « je suis toute seule », comme un truc dont on aurait honte, du genre « j’ai des mycoses » ou « je me suis pas épilée la bande maillot avant d’aller à la piscine », à batailler pour ouvrir la porte chargés comme des baudets quand on rentre de week-end sans personne pour nous aider. Bref, à vivre tant bien que mal notre vie en solo.

 

« Tant bien que mal », parce que outre le vide affectif qui peut parfois se faire sentir, et même si ça va mieux qu’à une époque, le monde n’est pas fait pour les célibataires. Alors certes, on trouve maintenant des trucs en portions individuelles, y’a des activités qui sont organisées exprès pour nous, un peu comme des séjours adaptés pour les handicapés sociaux que nous sommes, mais sur le principe, on voit bien qu’on rentre pas dans le moule. On est des dévieurs, au sens goffmanien du terme, c’est-à-dire qu’on voudrait bien rentrer dans la norme, mais que c’est la norme qui ne veut pas de nous.

 

Des gens plutôt bien, pourtant, plutôt sympas, pas des méchants, sûrement pas des canons mais pas des thons, et parfois même on a de l’humour (si si !) et cependant... Est-ce parce qu’on est tous célibataires qu’on se retrouve ou est-on tous célibataires parce qu’on se ressemble, et qu’il y a quelque chose en nous qui fait que… justement « ça le fait pas » ? J’essaie de trouver des points communs à mes amis, et je les vois pourtant tous différents. Le lien entre eux, évidemment, c’est moi ; est-ce donc moi qui cloche ? N’est-ce que moi qui relie entre eux tous ces éclopés pas mariés de la société ?

 

J’avais un copain dont tous les potes étaient en couple avec enfants. Tous les miens sont soit seuls (pour l’écrasante majorité), soit plus rarement divorcés. Je ne connais que deux couples avec enfant (récents) dans mes amis directs. Qu’est-ce que ça veut dire ?

 

Un jour mon pote Lilian m’a dit que je faisais très (trop ?) « femme libérée, du genre intellectuelle de gauche », et que je n’inspirais pas forcément des pratiques matrimoniales qu’il associait plus à des valeurs bourgeoises de droite. (Il faut savoir que Lilian est un marxiste convaincu, militant CGT et élu PCF, mais vous l’aviez peut-être deviné ?! ;-). Apparemment, j’inspirerais plus le libertinage que le mariage, c’est en substance ce qu’il m’a dit.

 

Alors… Intellectuelle, je sais pas. De gauche par contre, oui, certainement. Mais libérée, malheureusement, pas vraiment !… J’en déduis néanmoins que ce doit être comme ça qu’il me voit. Et donc peut-être comme ça que d’autres me voient aussi. Sa remarque sur le libertinage m’a laissée songeuse. Je sais que ce qu’il me disait avait, dans sa bouche à lui, plutôt valeur de compliment, mais en y réfléchissant bien, j’y vois toujours au bout du compte ce chiasme entre la mère et la putain. Et pour le coup, on voit tout de suite de quel côté j'ai été rangée ! ;-)

 

Le pire dans tout cela est que je n’ai même pas une vie réellement licencieuse. Pas forcément ascétique, certes, mais en même temps pas débauchée non plus, loin s’en faut, et depuis quelques temps, j’aspire même à me poser vraiment. Alors quoi ?

 

Du coup, cela me fait réfléchir une fois de plus à l’écart qu’il peut y avoir entre ce que l’on est ou ce que l’on pense être et l’image que l’on renvoie. La représentation que l’on peut avoir de soi, et celle que peuvent en avoir les autres, avec toujours cette sempiternelle question de savoir qui a raison, laquelle est la bonne. Bien sûr qu'en réalité c’est plus dans l’addition et le recoupement de ces différents points de vue que l’on peut trouver un fond de vérité, mais bon, une fois que l'on a dit cela, ça ne résout pas le problème…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Béatrice 08/01/2009 08:52

"important de savoir ce que l'on veut"
certes... mais on obtient pas toujours ce que l'on veut, donc à mon sens, il est surtout très important d'assumer ce que l'on est!
J'ai beaucoup de plaisir à lire ton blog car il suscite beaucoup de réflexions...comme je parle à voix haute, à chaque lecture la conversation à une voix qui en découle devient passionnante, ahahah!!!

Ephedra 08/01/2009 13:17


Merci pour ces mots, Béatrice, c'est un super compliment que tu me fais là! Que ce blog puisse susciter des réflexions, c'est vraiment quelque chose qui me fait extrêmement plaisir, il y a
tellement de choses qui me questionnent au quotidien, et sur lesquelles j'aurais envie d'échanger - pas forcément sur des trucs pointus avec des concepts pompeux, je trouve que ce n'est pas
forcément le lieu, mais plus à partir de nos expériences aux uns et aux autres, de manière simple et sincère. Je crois qu'il y a un truc qui est en train de se dessiner autour de cela. Du
coup, je vais essayer de mettre un sous-titre dans ce sens, parce que cela me semble bien aller dans la direction que prend ce blog - quitte à le modifier par la suite s'il prend un autre cap!
En tout cas, encore merci!


Cahouette 07/01/2009 13:51

Samuel Johnson avait écrit "le mariage occasionne de multiples douleurs, mais le célibat n'offre aucun plaisir." Ni l'une, ni l'autre de ces situations ne seraient donc idéales... Pas simple ! Bonne journée, miss :)

Marc Lefrançois 06/01/2009 20:32

C'est assez juste ce que tu dis là... je reconnais bien l'existence des trentenaires célibataires auxquels j'appartiens...

Jean-François 06/01/2009 20:25

J'ai mis ton blog dans ma liste des blogs favoris et je serai heureux de suivre des tribulations épistolaires !

Ephedra 06/01/2009 20:37


Merci, Jean-François. J'ai moi-même beaucoup de plaisir à suivre les tiennes!


ELSIE 05/01/2009 20:12

Effectivement pas facile de faire perdurer les amitiés quand on ne vit absolument pas la même chose j'ai vu mes amis célibataire s'éloigner à la construction de ma famille ou est-ce moi qui n'était plus disponible ou bien plus tout à fait la même (sans doute) Enfin les vrais amies je les ai recontactées et puisque nous n'avions rien à nous 'envier ' l'amitié a repris son court !
Courage pour tes courses!!!!
Je penserai à toi devant les portions familiale et pense à mon caddy pour 4 quand tu passes à la caisse hihi
Chacun son lot!

Ephedra 06/01/2009 00:00


Forcément, si tu le prends sur le ton du caddie pour quatre, je m'incline!...